P1420617

 

J’ai une musique océane, cornemuse et bombarde,

J’ai un air lent comme l’océan de roc traversé

sur mon vaisseau

sur un col à la tombée du jour.

Alangui et massif, l'air venu du couchant

fait remuer les vagues rocheuses,

les creux de vallées, l’écume de neige dentelle.

Avec la lenteur mille fois millénaire

des hautes vagues qui dansent une valse chaloupée

entre des abysses d’abîmes sombres

Crêtes d’eau noire ou verte,

Immobiles et pourtant

Lentement la montagne remue ses chaînes et murmure la chanson de l’océan,

la chanson de l’île

la chanson du vent

Celle de la houle

cornemuse et bombarde

sifflement du vent dans les haubans tendus des torrents

à la tombée du jour

quand lumière et obscurité se confondent

quand roc et mer se fondent et s’enlacent

et se cachent en chantant la chanson des embruns.