J'ai emporte un arbre. Il pousse en moi.

C'est un arbre de mon village.

Il porte les voix de mes frères, de mes voisins, de grand-mère.

Il fleurit et offre l'ombre dont je n'ai plus besoin.

Dans ses branches il y a le vent du sud et la chanson des enfants de l'école.

Les arbres ne peuvent pas fuir.

Les arbres que j'aime ne peuvent pas venir avec moi.

J'ai emporté un arbre.

Il pousse ses branches dans mes bras, ses racines dans mes pieds qui fuient. 

C'est l'arbre ou je m'endormais en gardant les bêtes.

Mon dos contre son écorce. 

P1420979

 

 (Panneau réalisé en atelier écriture-arts plastiques jeunes migrants en novembre 2017 et exposé aux États Généraux des Migrations, 16-17 décembre 2017 Briançon)