renonculacae
renoncules Le sentier d'Ailefroide au printemps

Je le connais sous toutes les saisons, l'été il est écrasé de lumière, à l'automne, ce sont les rayons du soleil rasant qui allument les ors des mélèzes, l'hiver  la neige  feutre les sons et lui donne toute sa magie...Si le paradis existe, il doit ressembler à ce sentier qui monte en pente douce jusqu'au village d'Ailefroide.

 Avec le torrent qui ronronne plus bas.

 

                                                                                                                                                                                                                                   

Mais au printemps! C'est là qu'il resplendit. Des milliers de fleurs, des centaines d'espèces, des couleurs douces ou éclatantes assemblées harmonieusement, comme en un bouquet.

 Et toujours le torrent qui gronde...

 

                                                                                                                                 Lys orangé et nacre de la ronce
lys orangé et papillon 
De part et d'autre du chemin, des petites fleurs de rocaille tapissent la pierre grise, de leurs roses délicats, de leurs jaunes éclatants, ou de tâches immaculées, de petits bouquets d'oeillets sauvages ; on y croise des étendues du bleu de cobalt des sauges, des clochettes des campanules, mélangés aux grappes roses des salicaires. Plus loin, un pré couvert de géranium des bois, cinq pétales ni mauves ni bleus, parsemé des constellations de minuscules étoiles blanches de quelques carottes sauvages, à moins que ce ne soit la grande ciguë ou la grande berce...

.Merveilleux bouquet créé par un fleuriste-jardinier fabuleux.                                                                                 

                                                                                                                             

 Le chemin perd de son dénivelé et s'étire dans le sous-bois de frênes, de trembles, d'érables et de bouleaux, dans l'ombre humide parfumée d'humus, les mousses et les fougères, la grande consoude avec ses clochettes roses et ses larges feuilles allongées. Un bouquet de cinq trembles aux troncs couleur d'anis, assemblés comme pour une ronde semblent tourner, emmêlés, leurs branches gracieusement ouvertes ou tendues vers le ciel, quel bonheur !

Et le torrent qui n'en finit pas de rouler ses flots pressés...

Entre les arbres on aperçoit la roche imposante et majestueuse, noire de lumière, des hautes falaises du Mont Pelvoux,                   

                                                             Et le torrent qui tonne encore...      

 

ancolie_des_alpes

Ancolie des Alpes

On l'entend plus ou moins fort, ce torrent, à mesure que l'on chemine, et qu'on s'éloigne du bord du ravin.

Lys_Martagon


Un petit torrent traverse le chemin, il faut le franchir sans l'aide d'un pont, tandis que dans un nid de nuages, voici les sommets enneigés, entre les branches des grands arbres...

                                                                                   

Les derniers orages l'ont enflé, et l'eau qui court couvre les pierres du gué et les rend très glissantes...la prochaine fois je quitterai mes chaussures ! S'arrêter un instant pour s'enrichir de la chanson  joyeuse de ce déferlement.                                                                                                                       

                                                                                                            A nouveau la prairie, à nouveau la palette multicolore de tons pastels, pailletée des larges fleurs  de lumière des lys orangés, merveilleuse  surprise, somptueux cadeau du jardinier de conte de fées !

Une autre surprise au détour du chemin, dans l'ombre retrouvée, nous attend : longue tige traversant une couronne de feuilles, somptueuse inflorescence brun-rose aux corolles épanouies qui regardent le sol, ou encore en boutons : le lys martagon, espèce protégée des alpes.

  Lys Martagon        

 

 

mousses

Et le torrent, violent, gifle la mousse des pierres...

 

Bientôt, c'est le cliquetis des mousquetons et la voix des grimpeurs qui résonnent dans la paroi rocheuse au dessus de nos têtes, qui signifient qu'on arrive au village...sur le pont (où

fleurs 018deux personnalités continuent leur duel amical) on franchit ce torrent qui nous a accompagné de son chant puissant, et qu'on découvre enfin : aujourd'hui, il vrombit en  un flot impétueux couleur de sable, un autre jour c'est le murmure de ses eaux turquoises, ou le vert pâle de son chant ruisselant, qui s'offrent, du haut du pont.

 

 

fleurs 017