P1110328

 Alors on visiterait Aigues-Mortes

On monterait sur les remparts.

pour voir  les toits

les tuiles brunes

qui s'endorment sous le ciel

Avec l'église Notre-Dame des Sablons

et les cloches  qui sonneraient

à toute volée 

P1110358

 

Entendez-vous les cloches ?

Entendez-vous les sabots des chevaux des Croisés

et la Nef qui prépare ses écoutes

déploie ses voiles,

les cris des marins

les entendez-vous ?

 

P1110343

 

De l'autre côté,

Il y aurait le marais de sel

et Peccius qui observerait

de sa Rome natale 

de son étang 

le rempart de pierres blondes

où se promènerait Saint-Louis

 

P1110364

 

 Sur le passage qui mène vers Constance

et dans la tour de la prison

entendez-vous les cris des femmes ?

Leurs petites mains

qui s'accrochent aux barreaux.

Les voyez-vous assises

dans la pénombre

la tête de côté

les mains posées sur le tissu de la robe,

inutiles mains

regard perdu

à l'horizon du marais ? 

Elles écoutent la ville qui blanchit 

sous le soleil

P1110356

Elles regardent les toits

elles  voient,

j'en suis sûre,

les beaux chevaliers qui courent

sur les pentes de tuiles.

Elles voient comme moi

des rois et des princesses

de Naples et d'Aragon

j'entends comme elles

les chants des moines de Psalmodie

qui s'envolent

par les fenêtres ouvertes

 

P1110342

 

au soleil qui s'écrase

Quand tout le monde dort.

Même les princes même les toits

et les rois et les moines

la ville me raconte

me chuchote

les mots qui s'en vont dans le vent 

   rejoignent l'horizon

Llhorizon bleu des voiliers blancs

devinés.

 

P1110360